BVB 5-1 H96 : L’élégance à l’allemande

Roman Bürki (7.5/10) : Il n’a pas eu grand chose à faire, autrement qu’être présent sur la tête de Weydandt (2e). Concentré.

Lukasz Piszczek (8.5/10) : Il aurait pu s’offrir deux merveilles de passes décisives pour Reus et Guerreiro, mais ses partenaires n’en ont pas profité. 80% de duels gagnés. Au top de sa forme.

Julian Weigl (6/10) : A perdu deux duels importants en début de matchs qui ont aboutis sur des situations dangereuses. Le reste du temps, peu inquiété.

Abdou Diallo (6.5/10) : Une entame de match compliquée pour le français en raison de la forte intensité imposée par Hannover. Par la suite, ce fut bien plus calme.

Achraf Hakimi (8/10) : C’est lui qui débloque complètement la situation en ouvrant le score sur une délicieuse remise de Guerreiro. Tel un mort de faim, le marocain a englouti ce match et ses opposants avec une facilité déconcertante.

Axel Witsel (7.5/10) : Le belge, bien que moins bien physiquement que de coutume, a une nouvelle fois livré une performance descente. Fautif sur le but de Bakalorz, il se rattrape brillamment avec un missile dans les dernières secondes.

Thomas Delaney (7/10) : Un match comme tant d’autre pour le danois qui connaît bien ses qualités et son rôle unique dans l’effectif. Il joue le football qu’il aime, et a distribué quelques coups au passage.

Jadon Sancho (7/10) : Des combinaisons intéressantes, des enchaînements de classe. Tout ce qu’on peut attendre de l’anglais, sans trop forcer.

Marco Reus (8/10) : Une transversale, un poteau, un but, une passe décisive. Omniprésent, il gagne en froideur, encore plus que par le passé. Un leader inspirant, presque un artiste.

Raphael Guerreiro (8/10) : Le jeu du portugais, toujours aussi élégant, est la touche esthétique ultime du football du Borussia. Tant dans les déplacements que dans les enchaînement, il se dessine comme un membre incontournable désormais.

Mario Götze (7.5/10) : Après quelques minutes pour régler la mire, le buteur de fortune du BVB s’est parfaitement fondu dans le collectif, et c’est bien là son plus grand atout.

Auteur : Slovensen