RBL 0-1 BVB : Witsel assomme (encore) Leipzig

Roman Bürki (8/10) : Le suisse a réalisé des parades impressionnantes sur des frappes très menaçantes. A deux reprises face à Werner, et à deux reprises face à Sabitzer, il a écoeuré les attaquants de Leipzig.

Lukasz Piszczek (8/10) : Titulaire pour la 200e fois en Bundesliga avec le BVB, et avec le brassard de capitaine pour l’occasion. Il n’en fallait pas moins à Piszczu pour réaliser une grosse performance.

Julian Weigl (7.5/10) : Le maillon incertain de la chaîne défensive s’est montré à son avantage, avec beaucoup de sérieux et d’application dans un rôle qui n’en demande pas moins. Précieux.

Abdou Diallo (7.5/10) : Il n’a pas eu un match face à disputer avec les virevoltants Werner, Poulsen et Sabitzer, mais le français n’a pas faibli. Solide dans tous les secteurs pour museler l’arsenal offensif du RB.

Achraf Hakimi (6/10) : La faiblesse de la défense, cette fois ci, c’est lui. Trop gentil sur ses duels et trop naïf face à l’élégant Sabitzer, le marocain n’a pas pu sécuriser son couloir comme désiré.

Axel Witsel (8/10) : Deuxième but en Bundesliga, deuxième but face à Leipzig. Encore un match impressionnant dans l’effort et l’investissement de la part du belge, exemplaire.

Thomas Delaney (7/10) : Toujours au service du collectif, le danois sait faire le sale boulot, c’est même ce qu’il préfère. Le pendant idéal pour mettre en valeur ses offensifs.

Jadon Sancho (7.5/10) : Un délice pour les yeux, un élément incontournable du spectacle. Talonnade au caramel, transmissions en sucre et accélération à la fraise. On en mangerait.

Mario Götze (7.5/10) : A travaillé dur pour fluidifier le schéma d’attaque du BVB. Des combinaisons léchées avec l’ensemble de ses coéquipiers. Un rôle d’electron libre qui lui sied.

Raphael Guerreiro (7.5/10) : Un ailier relayeur. Le portugais sait comment jouer au football de manière esthétique, et quand il se mêle avec l’efficacité, son jeu est si plaisant.

Maximilian Philipp (6/10) : Face à la doublette française Konaté – Upamecano, l’allemand avait fort à faire. Ce fut trop pour lui, qui n’a pas joué depuis des semaines.

Auteur : Slovensen